Notre BLACK FRIDAY continu : Jusqu'à -80% sur toute la boutique !

Coronavirus : Avec AstraZeneca déconseillé aux moins de 55 ans, la vaccination des soignants va-t-elle être ralentie ?

Après la survenue de cas de thrombose pouvant être liés au vaccin AstraZeneca chez des personnes de moins de 50 ans, le sérum anglo-suédois est pour l’instant réservé aux seules personnes de plus de 55 ans par mesure de précaution

phpuavE64
masques-ffp2-norme-ce-en1492001a12009-boite-de-50
  • Après la survenue de quelques cas de troubles graves de la coagulation qui pourraient être liés au vaccin AstraZeneca, ce dernier a été suspendu dans plusieurs pays d’Europe, avant d’être réautorisé par l’Agence européenne du médicament (EMA).
  • La France a levé sa suspension dans la foulée, mais recommande désormais de réserver ce sérum aux plus de 55 ans, en attendant de disposer de données complémentaires.
  • En pratique, cela signifie moins de vaccins pour les personnels soignants jeunes, désormais éligibles aux seuls sérums à ARN messager. Mais y en a-t-il assez pour vacciner tout le monde ?
en-stock-masques-de-bouche-jetables-anti-pollution-poussi-re-bouchons-de-bouche-3-couches-meltsouffl (1)

Hors jeu. En début de semaine dernière, dans la foulée de plusieurs autres pays d’Europe, la France décidait de suspendre la vaccination contre le coronavirus avec l’AstraZeneca, suspecté d’être lié à des cas de thrombose survenus chez des personnes relativement jeunes. Elle s’en remettait alors à l’avis de l’Agence européenne du médicament (EMA). Jeudi dernier, le régulateur européen s’est voulu rassurant, indiquant que le vaccin, « sûr et efficace », « n’est pas associé » à un risque plus élevé de caillots sanguins.

Dès vendredi, la France l’a donc réautorisé. Mais ses modalités d’administration ont évolué : il est désormais réservé aux plus de 55 ans *. Un retrait préventif qui risque de ralentir la vaccination des soignants ?

Les jeunes soignants éligibles aux vaccins à ARN messager

Dans l’attente de « données complémentaires » sur les liens éventuels entre AstraZeneca et le surrisque de développer des troubles de la coagulation, le principe de précaution reste de mise. « La HAS recommande d’utiliser les vaccins à ARN messager chez les personnes éligibles à la vaccination âgées de moins de 55 ans », indiquait l’autorité publique dans un avis publié vendredi. « C’est un avis provisoire, une recommandation préventive dans l’attente de données complémentaires, insiste ce mardi le ministère de la Santé. Auquel cas, la HAS pourrait réélargir la cible vaccinale ». En attendant un revirement ou l’arrivée en France du vaccin Janssen, Pfizer et Moderna sont donc pour l’instant les deux seuls sérums injectés aux soignants de moins de 55 ans.

De quoi satisfaire les volontaires pour se faire vacciner, mais – comme une partie de la population – réticents face au vaccin anglais​. « Le vaccin AstraZeneca continue d’être considéré comme nettement moins sûr que ceux de Pfizer et Moderna », observe l’institut de sondage YouGov. Du côté des soignants, cette nouvelle recommandation « est un grand soulagement, parce qu’on estimait qu’AstraZeneca était moins protecteur, confie Thierry Amouroux, porte-parole du  Syndicat National des Professionnels Infirmiers (SNPI), même si on reste majoritairement convaincus de son intérêt en population générale. Mais à l’hôpital, c’est différent : on est exposé au quotidien à des personnes contaminées, donc à une charge virale importante, et nous avons à gérer des cas de variant sud-africain, contre lequel AstraZeneca ne protège pas assez. En outre, avec pour effets secondaires un syndrome grippal qui mettait KO particulièrement les plus jeunes soignants pendant 48 heures, occasionnant des perturbations, les conséquences de la vaccination avec AstraZeneca dans des services déjà plus qu’à flux tendu devenaient compliquées à gérer », ajoute-t-il, se réjouissant « de cette nouvelle éligibilité aux vaccins à ARN messager ».

20-styles-masque-jetable-masques-10-pi-ces-unisexe-coupe-vent-brumeux-brume-adultes-saint-valentin

« Pour les soignants, c’est la croix et la bannière pour se faire vacciner »

Mais en pratique, est-il facile pour un jeune soignant de se faire vacciner avec le sérum de Pfizer BioNTech ou de Moderna ? Aujourd’hui, « pour les soignants, c’est la croix et la bannière, il n’y a pas assez de doses et la vaccination ne va pas assez vite, déplore le Dr Christophe Prudhomme, porte-parole de l'Association des médecins urgentistes de France (AMUF). Forcément, avec les multiples retards de livraisons, la réalité, c’est que le vaccin Pfizer n’est pas disponible en masse, ce qui ne permet pas de mener une campagne massive et efficace, en population générale comme chez les soignants de moins de 55 ans. Chaque dose est comptée, et dans ce contexte de pénurie, beaucoup de soignants ne s’estiment pas prioritaires ».

Avec des vaccins à ARN messager réservés en priorité aux plus de 75 ans, ce n’est pas forcément simple. A ce jour, dans cette population, un sénior sur deux (50 %) a reçu sa première dose de vaccin. Et ils ne sont que 24 % à avoir reçu leurs deux doses, selon les derniers chiffres du ministère de la Santé. Sans compter que le gouvernement veut accélérer sa campagne vaccinale.

« Les professionnels de santé de moins de 55 ans éligibles à la vaccination pourront recevoir du Pfizer ou du Moderna, répond cependant à 20 Minutes le ministère de la Santé. Cette décision va être compatible avec l’augmentation du nombre de doses qui vont être livrées dès la fin du mois de mars et en avril. Donc oui, ils pourront être vaccinés s’ils le souhaitent. La plupart des agences régionales de santé se sont mises en ordre de marche. Et les soignants peuvent aller se faire vacciner dans les centres de vaccination ». En clair : c’est possible, mais ça le sera surtout quand les stocks en vaccins à ARN messager auront été renfloués.

Combien de doses en stock ?

Justement, combien de doses de vaccin à ARN messager la France a-t-elle en stock ? « Au 21 mars, il y en a environ 982.000 selon la répartition suivante : 682.000 de Pfizer-BioNTech et 300.000 de Moderna », répond à 20 Minutes la direction générale de la Santé (DGS). En pratique, « nous sommes à flux tendu avec Pfizer, avec un taux d’utilisation de 90 %. Donc en réalité, on est proche du zéro stock » pour ce sérum, précise le ministère de la Santé. En outre, un nombre important de flacons doit être sécurisé pour assurer l’injection de la deuxième dose des plus de 75 ans, dans un délai de trois à quatre semaines après la première.

5-100-pi-ces-kn95-bouche-masque-respirateur-brume-preuve-respiration-valve-masques-faciaux-anti-poussi

Mais une montée en puissance en France des livraisons de Pfizer est attendue durant le deuxième trimestre, avec 200 millions de doses du sérum américano-allemand attendues par l’UE. « Nous attendons d’importants volumes de livraison dans les semaines à venir, assure la DGS. Elles doivent permettre la vaccination du maximum de personnes volontaires, dont les soignants de moins de 55 ans », promet-elle. En avril, la France devrait ainsi recevoir plus de 8,5 millions de doses de vaccin à ARN messager, et poursuivre la montée en charge de ses livraisons les mois suivants.

A ce jour, environ 45 % des soignants ont reçu au moins une dose de vaccin, soit plus d’un million de personnes. « Ils sont 336.000 à avoir reçu du AstraZeneca, 23.000 du Moderna, et 683.000 du Pfizer », indique ce mardi le ministère de la Santé.

 

Source:20minutes.fr

Protégez-vous avec notre sélection de masques à petit prix sur le site https://www.masquemalin.fr/

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
Livraison rapide
Expédition & Livraison rapide
Service client
À vos côtés 7j / 7 !
Satisfait ou remboursé
7 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,