Notre BLACK FRIDAY continu : Jusqu'à -80% sur toute la boutique !

Coronavirus à Montpellier : « On en a ras le bol », des étudiants qui font la fête malgré l'épidémie témoignent

« 20 Minutes » a recueilli le témoignage de jeunes gens qui participent à des soirées, en dépit de l'épidémie

0603958625951-web-tete
masque-ffp2-kn95-5-couches-covid
  • Malgré l’épidémie de Covid-19, des étudiants, lassés par la crise, continuent à faire des soirées, en jonglant avec les règles. « Rester chez moi, toute la semaine, je ne peux pas », confie l’un de ceux que « 20 Minutes » a interrogés, à Montpellier.
  • Si certains participent à de petites fêtes, d’autres s’aventurent dans des événements rassemblant une trentaine, une quarantaine, voire 200 personnes.
  • Et quand la fête est finie, certains dorment sur place, ou d’autres prennent le risque de rentrer, en pleine nuit. « On passe par des petites ruelles, et on fait gaffe, dès qu’on aperçoit une voiture, on se planque un peu », confie un jeune homme.
en-stock-masques-de-bouche-jetables-anti-pollution-poussi-re-bouchons-de-bouche-3-couches-meltsouffl (1)

La bamboche, c’est pas tout à fait terminé. Bon nombre d’étudiants, lassés par une crise qui a plombé leur vie, n’hésitent plus à braver les interdits et les recommandations de l’Etat, et à s’aventurer dans de petites fêtes. Et des grandes, parfois. 20 Minutes a recueilli les témoignages de jeunes Montpelliérains, qui s’enjaillent régulièrement dans des appartements, ou des maisons, en dépit de l’épidémie de Covid-19.

« Ce virus, ça fait plus d’un an que ça dure. Jusqu’à il y a peu, on respectait les règles… Mais ça commence à faire long », déplore l’un d’eux, qui participe, « de temps en temps », à des soirées « entre potes ». « On a besoin de se voir, poursuit-il. Surtout qu’on ne sait pas quand tout cela va s’arrêter. Dans les soirées, on ne respecte pas la distanciation, on ne porte pas de masque… Mais on essaie d’être plus ou moins six. » Et s’il a prévu de voir des proches, il ira « se faire tester », confie-t-il. « C’est sûr, personne, dans la soirée, ne se lève pour dire « Tout le monde s’est bien lavé les mains ? » », sourit une étudiante, qui participe à des soirées avec « jusqu’à quinze personnes ».

5-100-pi-ces-kn95-bouche-masque-respirateur-brume-preuve-respiration-valve-masques-faciaux-anti-poussi

« C’est un mal pour un bien »

« Je me dis qu’il y a pire, note un jeune homme. Il y a des soirées clandestines, dans des maisons qui sont transformées en boîtes ! Sur Snapchat, on en voit plein. » « Chez moi, seul, toute la semaine, je ne peux pas », reprend un autre. « Les jeunes, pendant des mois, ils ont fait attention, ils ont respecté à fond, confie une étudiante. Ils en ont marre, aujourd’hui. Ils se retrouvent dans des soirées pour ne pas devenir fous, ou tomber en dépression. C’est un mal pour un bien. » « Regarder des séries, c’est bien, témoigne un jeune homme. Mais on ne peut rester, tout le temps, chez soi. La sexualité pousse aussi les jeunes à sortir. C’est très difficile, sinon, de faire des rencontres… »

Un autre étudiant, lui, confie avoir participé, dans sa région d’origine, « à un anniversaire avec à peu près 30 personnes ». « C’était dans un coin reculé, à la campagne, note-t-il. Rien n’a vraiment changé, dans ces soirées-là. Bon, il y a certains trucs où je me dis que c’est un peu chaud. Par exemple, on a fait un baby-foot. Tout le monde met ses mains, c’est pas génial. Mais ceux qui ont peur du Covid-19, ils ne viennent pas… Si c’est un peu égoïste ? Oui, sans doute. » Une jeune femme a, elle aussi, participé dernièrement à une soirée avec une « plus d’une trentaine de personnes ». « Il y a huit cas de Covid-19, confie-t-elle. Il a fallu qu’on se fasse tous tester. » Par chance, elle ne l’a pas attrapé.

« On passe par des petites ruelles, on fait gaffe »

L’une de ses camarades a, elle, le week-end dernier, croisé « dans une soirée à Montpellier une quarantaine de personnes » qu’elles ne connaissaient pas, qui se sont réunies via les réseaux sociaux. « Des soirées clandestines, il y en a énormément, confie-t-elle. On en a tous un peu ras le bol. » Un autre jeune homme, lui, confie s’être retrouvé il y a peu « dans une rave, en extérieur, près de Marseille ». « Il y avait à peu près 200 personnes, note-t-il. Mais on a plus peur des policiers que du virus. »

Et quand la fête est terminée, il y a deux écoles. « Certains dorment sur place, et attendent le matin pour s’en aller », confie une jeune femme. D’autres bravent le couvre-feu, au risque de prendre un PV. « On passe par des petites ruelles, et on fait gaffe, dès qu’on aperçoit une voiture, on se planque un peu. Il n’y a pas de tramway, alors on fait 45 minutes, une heure de marche », raconte un étudiant. « On voit qu’il n’y a pas forcément de contrôles, confie l’un de ses camarades. Alors, on prend le risque. » Gare aux 135 euros, toutefois : après avoir coupé le son dans une soirée, improvisée dans les sous-sols d’une résidence étudiante, dans la nuit du 30 au 31 mars, la police de Montpellier avait prévenu qu’elle allait poursuivre les contrôles, « dans l’intérêt de tous ».

20-styles-masque-jetable-masques-10-pi-ces-unisexe-coupe-vent-brumeux-brume-adultes-saint-valentin

Certains résistent toutefois à la tentation de la bamboche. « Des restaurateurs ont été contraints de fermer leurs établissements, certains ont mis la clé sous la porte, des familles n’ont plus aucune ressource, gronde un jeune homme, qui ne conçoit pas que l’on puisse transgresser les règles. Les hôpitaux sont surchargés, il y a du monde en réanimation, des décès. Ce n’est pas admissible. » Selon l’Agence régionale de santé, 384 personnes atteintes du Covid-19 étaient hospitalisées, mardi, dans l’Hérault, dont 97 en réanimation. Depuis mars 2020, 760 personnes en sont mortes, dans le département.

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
Livraison rapide
Expédition & Livraison rapide
Service client
À vos côtés 7j / 7 !
Satisfait ou remboursé
7 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,